bonjour merci de venir me découvrir sur une autre plateforme
je garde toujours mon ancien blog


venez me découvrir aussi sur mon site de vente


merci et bonne navigation


samedi 15 décembre 2018

coin lecture: VIRTUELS de Rodolphe Le Dorner

Bonjour

Merci aux Editions Librinova de m'avoir permise de découvrir ce roman, premier tome d'une bonne série.


Résumé:

3 juillet 2076, soir de l’Événement. Alors que plus d’un milliard d’individus virtualisés, les virtels, assistent à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris, un dysfonctionnement majeur survient, les empêchant de se débrancher de leur projecteur.
Piégés dans ce monde irréel qu’ils nomment Edenya, les virtels ne tardent pas à s’affronter : ceux qui veulent rentrer s’opposent à ceux voulant rester. L’un des leaders, Elias, aurait même mis au point un plan bloquant tout le monde à Edenya. Pour l’empêcher de le mettre à exécution, Quentin se lance dans une véritable course contre la montre tandis que dans le monde réel, sa femme Léonie mène une chasse à l’homme pour retrouver Sergei Ismanov, le créateur du projecteur virtuel, introuvable depuis le soir de la catastrophe…

Mon avis personnel:

Un premier tome prenant et captivant. Une histoire de science fiction, qui pourrait nous amener au réel.
Le concept d'assister à un évènement en virtuel pour éviter un éventuel attentat et rester bloqué à l'intérieur du système, voilà ce que nos personnages principaux vivent.
On suit Quentin, Leonie, Rachel, et Lisa et Annabelle, et Elias. Un peu compliqué d'avoir plusieurs personnages principaux, mais ça permet de voir l'histoire sous différents angles.
On a donc ceux qui sont bloqués de puis 10 ans, mais pensent 1 an max, et Léonie, la copine de Quentin qui elle cherche à tout prix à le sauver,
On découvre dans ce livre, une vérité sur l'utilisation du virtuel. Comme quoi on y est pas préparé. Souvent des nouveautés sont lancés mais sans aucun recul et comme le Titanic, tous les soucis ne sont pas soulevés au lancement du produit. Car le profit en premier, l'humain au dernier plan. Voici notre monde.
Dans ce roman ce qui est dingue, c'est que les Virtuels vont recréer ce procédé du moi d'abord. Ils recomment avec Edenya et nous fond le coup de la pomme. Au lieu de reprendre un paradis: des dissensions, des castes, encore et toujours le même procéder. Même dans un univers virtuel, l'homme reste l'homme: égoïste.
Ils fond miroiter un concept de vie éternel, mais pas au dépend des riches ou des pauvres, car dans cette réalités entre guillemet, ce sont au dépend des moins intelligents, en se servant de leur vitalité comme moteur.
Un bon roman bien conçu, je ne m'attendais pas à la tournure des choses, et encore moins du fait que se soit un tome 1. Hâte de découvrir la suite.

jeudi 25 octobre 2018

Aquarelle vs stylo bille

bonjour

voici une aquarelle faite au stylo bille (pas recommandé sur du papier aquarelle...) et remplis d'aquarelle. Un dessin de mon petit Eden , mon chihuahua.


coin lecture: le jeu du maître, la révolution (tome 2) de James dashner

bonjour bonjour

mon dernier ebook, après la lecture du tome 1, j'ai foncé sur le tome 2 Peut-être que je n'aurai pas dû tout de suite


résumé:

Michael a survécu de justesse. Mais c'était la seule façon de trouver le cyber-terroriste Kaine, et de sécuriser le Sommeil. La vérité à propos de Kaine est plus complexe que prévu et plus terrifiante encore : il est une Tangente, un programme informatique doué de sens. L'achèvement 
du Sentier par Michael était la première étape pour lui permettre d'accomplir son projet diabolique : coloniser tous les hommes en remplaçant leur esprit humain par un esprit virtuel ! Et la prise de contrôle a déjà commencé... Michael parviendra-t-il une fois encore à ralentir cette machination infernale ?

mon avis personnel:

j'ai trop adhéré au premier que j'ai foncé sur le second tome, et je n'aurai pas dû. Pourquoi? e rythme s'est tout de suite relâché.

Après un cliffingger de folie, on se retrouve avec la suite au même endroit, mais pendant une plombe. C'est très en longueur, et assez farfelu... Car même si j'aime beaucoup mes amis, attention SPOILER: salut je suis ton ami, j'étais une Tangent mais me voilà et grâce à moi tu vas être dans la panade... Ok, ben moi je suis Sarah, j'appelle la police et puis voilà, c'est très cliché, de l'amitié inébranlable.

Oui ce n'est pas la réalité, c'est un peu le thème principal, mais bon, dans le labyrinthe, il y avait un certain sens de l'humain, quoique... A part çà trop déçu de la longueur, l’auteur nous a tellement habitué à mieux, avec sa première trilogie, le rythme était présent, sans temps mort, là vous n'aurait la réelle action qu'au trois dernier chapitre... Et le pire on n'en sait toujours pas plus.

réalité, fiction, imagination, Matrix??? Il y a de quoi se poser la question. surtout qu'avec un titre pareil, on s'attend à une vrai bousculade, de vrai révélation, et ben non, il retourne dans le sommeil, subisse des épreuve dans le sommeil et la veille ou le sommeil??? Bref à la fin on ne sait plus. En gros ils fond une partie de jeu vidéo totalement en beugg et voilà...

Bon je vais attendre pour lire la suite, peut être que je retrouverai de la motivation.

coin lecture: La perle du sud de Linda Holeman

bonjour bonjour

un roman que j'ai terminé cet été, trouvé dans la boite à livre, j'aime beaucoup ce concept, cela permet un échange et encourage la lecture



résumé:

Lorsque Sidonie apprend à Étienne, son amant, qu’elle est enceinte, ce dernier s’enfuit à Marrakech, la ville où il a grandi. Décidée à comprendre, la jeune femme va tenter de le rejoindre. Mais dans cette ville inconnue, Manon, la sœur d’Étienne, veille, bien décidée à laisser dans l’ombre un terrible secret familial…

mon avis personnel:


Un roman découverte du Maroc, notamment Marrakech au début du 20 eme.
L'aventure de Sidonie dans ce pays, et pour le moins curieux, et même si l'auteur c'est beaucoup renseigné, ça fait bizarre, de voir une femme seul dans les années 30, pouvoir vivre ainsi, en femme libre, alors que la liberté de la femme est parue bien plus tard et encore.
En tout un cas, un beau roman, qui montre différentes cultures, un pays attirant mais dangereux, car la nature fais sa loi.
L'auteur a su décrire les passages, que l'on s'y croit, on sent les épices, la chaleur, on aimerait y être.
L'histoire est un peu longue et tiré par les cheveux pour ma part, et je pense qu'il aurait mieux fallu y mettre à une autre époque, en tout cas on s'attache aux personnages, et le coté documentaire est très plaisant.

mardi 23 octobre 2018

inktober 2018: mon thème sera les fleurs

bonjour bonjour

voici ma troisième année pour le inktober, cette année j'ai pris un plus petit carnet, et choisis un thème, voici mes premiers dessins du 1 au 20 octobre

pour ceux qui se disent c'est quoi le inktober???
voici le lien:





















coin lecture: le jeu du maître de James dashner

bonjour bonjour

voici un de mes dernier ebook de james dashner, une trilogie que je dévore :)



résumé:

Quand le quotidien est sans intérêt, que les rêves n'existent plus, il reste la réalité virtuelle : comme la plupart des jeunes de son âge, Michael passe son temps sur le VirtNet, une plateforme tentaculaire à mi-chemin entre un jeu vidéo et un réseau social. Relié au serveur par des fils sensoriels, son cerveau baigne dans cet univers parallèle. Mais quand une série de suicides - bien réels, ceux-là - intervient dans le cadre du jeu, Michael et ses amis hackers doivent se rendre à l'évidence, effrayante. L'intelligence artificielle aurait-elle pris le pas sur la réalité ?

mon avis personnel:

Je suis toujours autant emportée par le style de James Dashner, on a la sensation de plonger au cœur de l'histoire, il sait la rendre vivante et on se sent impliqué.
On sort de l'univers du Labyrinthe pour se retrouver dans un mélange Matrix et Log horizon. Michael va devoir se plonger dans le Virtnet pour sauver celui-ci de Kaine, un maître dans l'art du jeu. Avec l'aide de ses amis, il va devoir déjouer ces plans.
Un roman qui nous montre le danger du virtuel, ne plus savoir differencier la réalité du virtuel. Savoir s'il faut arriver à ce point de la technologie, en ne vivant que virtuellement. Mais pourquoi vouloir vivre ainsi quand on rêve que les IA prennent conscience et veulent, elles vivre ?
Un roman qui se lit rapidement, car de cour chapitre, comme un épisode de jeu vidéo, avec l'aventure et le boss de fin, plus ou moins long. Une petite pépite pour les fans de jeu vidéo.

coin lecture: Notes découpées du Japon par Benoît Reiss

bonjour

merci à Babelio et aux Esperluètes éditions de m'avoir permise de découvrir ce roman atypique.



résumé:

Un Français installé au Japon y enseigne sa langue à des Japonais passionnés par les complexités de la conjugaison française. De son regard d’étranger, admiratif et étonné, curieux et séduit, il observe les gens – les jeunes, les vieux, les salarymen, les spectateurs endormis au Kabuki –, la nourriture – les ramen, les biscuits de riz, les élégants gâteaux de gelée –, la nature – les grenouilles, les cerisiers, les oiseaux, les cèdres, et l’eau, surtout. Les lacs, la mer, les sources chaudes, la pluie, les fleuves, les vagues noires des tsunamis meurtriers.

Avec une écriture dépouillée, contemplative et sans artifice, Benoît Reiss décrit quelques moments de cette vie, fragments découpés dans le continu de l’existence, autant d’instantanés qui racontent la beauté et la poésie des « petites choses » du quotidien nippon.

Les encres de Chine de Junko Nakamura, entre paysages exotiques et détails ordinaires, ponctuent ce récit et habitent l’espace entre ces « notes découpées », qu’elle rassemble d’un trait de pinceau.

mon avis personnel:


Un livre entre les haïkus et le poème, avec des calligraphies qui imagent les textes.
Des lignes qui nous montre des parties du Japon, en très peu de mot.
Aucun fil conducteur par contre, et je trouve que les calligraphies sont pour certaines très flou, qu'on ne sait pas à quoi ça correspond... C'est dommage car c'est assez brouillon et très enfantin, ce livre aurait mérité des calligraphies avec plus de finesse.
Et pour les textes, un certain fil car au final ce ne sont que des poèmes écrits sur l'instant, qui n'apportent pas grand chose.
Je m'attendais à beaucoup plus.